Le strabisme

QU’EST-CE QUE LE STRABISME ?

C’est une déviation des axes oculaires, l’un par rapport à l’autre. Il peut s’agir d’un :

  • strabisme horizontal : l’œil dévie en dedans (strabisme convergent) ou en dehors (strabisme divergent);
  • strabisme vertical : l’œil dévie vers le haut ou vers le bas.

Un strabisme peut s’accompagner :

  • d’une baisse de la vue survenant sur l’œil le plus dévié. On parle alors d’amblyopie, qui est certainement la conséquence la plus ennuyeuse du strabisme, pouvant survenir dans 2/3 des strabismes de l’enfant ;
  • d’une altération de la vision binoculaire (fonction qui permet notamment une bonne appréciation du relief et de l’espace) ;
  • d’une limitation ou d’une exagération des mouvements oculaires dans une direction du regard : on parle alors d’hypo ou d’hyperaction d’un ou de plusieurs muscles oculaires.

strabisme-1

 

A QUEL AGE PEUT-ON SOUFFRIR DE STRABISME ?

Le strabisme peut apparaître dès les premiers mois de la vie et le plus souvent avant 4 ans. On estime que 3% à 4% des enfants sont concernés par cette affection.

COMMENT APPARAÎT UN STRABISME ?

Les causes réelles sont inconnues, mais on sait qu’il existe une prédisposition familiale. Certains strabismes peuvent apparaître en cas d’anomalie sur un œil ou sur les deux yeux, comme une cataracte congénitale ou une forte myopie unilatérale. 5 à 10% des strabismes de l’enfant sont de nature paralytique, c’est-à-dire secondaires à une paralysie d’un ou de plusieurs muscles oculaires.

COMMENT CORRIGE-T-ON LE STRABISME ?

Le traitement du strabisme a un triple but :

  • prévenir ou guérir l’amblyopie
  • corriger la déviation entre les 2 yeux
  • restituer éventuellement une vision binoculaire se rapprochant le plus possible de la normale.

Deux types de traitements sont possibles :
le traitement médical : la correction optique est indispensable et permet parfois de corriger tout ou partie d’une déviation. Pour l’amblyopie, le meilleur œil est pénalisé par un cache, un filtre ou un système optique afin de contraindre l’œil affaibli à prendre la fixation ;

le traitement chirurgical : il vise à redresser la déviation strabique non corrigée par les verres, en affaiblissant ou en renforçant un ou plusieurs muscles oculaires. L’intervention est réalisée sous anesthésie générale le plus souvent ; sa durée varie entre 15 et 40 minutes.

CHIRURGIE AMBULATOIRE OU HOSPITALISATION ?

Le traitement chirurgical du strabisme se réalise de plus en plus en ambulatoire, c’est-à-dire ne nécessitant pas de passer une nuit en clinique. Cependant pour les patients très éloignés, très jeunes ou fragiles, une hospitalisation de 24 à 48 heures peut s’avérer utile.

ET LA TOXINE BOTULIQUE ?

La toxine botulique peut-être une alternative à la chirurgie classique dans certaines formes très spécifiques de strabisme. Injectée dans le muscle, la toxine crée une paralysie réversible qui permet de redresser progressivement l’oeil dévié. Le geste est beaucoup moins agressif qu’une intervention classique et permet une guérison dans 30 à 50 % des cas. Elle n’empêche pas une chirurgie ultérieure mais la rend souvent plus aisée et efficace.

LA CHIRURGIE DU STRABISME AFFECTE-T-ELLE LA VISION ?

Non, la chirurgie du strabisme ne modifie pas la vue et ne change rien à la correction optique portée. Cependant, un trouble visuel passager est fréquent, secondaire à l’irritation oculaire due à l’intervention.

QUELLES PRÉCAUTIONS PRENDRE APRES L’INTERVENTION ?

Des soins locaux (nettoyage à l’aide d’une lotion oculaire et collyre) sont à respecter soigneusement dans les semaines suivant l’intervention. Pendant cette période, il convient d’éviter tout facteur d’irritation (sable, piscine…).

EXISTE-T-IL DES EFFETS SECONDAIRES OU DES COMPLICATIONS ?

Après la chirurgie, l’œil opéré est souvent rouge, irrité, et il peut parfois y avoir un gonflement des paupières. Un traitement anti-douleur et anti-inflammatoire permet d’atténuer progressivement ces phénomènes désagréables. Le principal risque de l’intervention reste la persistance d’un strabisme, par sur ou sous-correction, qui pourra nécessiter une nouvelle intervention chirurgicale. Quoi qu’il en soit, la chirurgie ne dispensera jamais de la correction optique et d’une surveillance orthoptique régulière.

DÉFINITIONS

L’axe oculaire correspond à l’axe visuel de l’œil, c’est-à-dire schématiquement la ligne qui part du centre de la rétine (fovéa), sur la partie postérieure de l’œil, et rejoint le point de fixation de l’œil.