Optique de l’œil

Vous trouverez dans cette partie un rappel de l’optique de l’oeil normal et des principales anomalies optiques que sont la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie.

La myopie :

Qu’est-ce que la myopie ?

C’est une anomalie optique de l’oeil dans laquelle les rayons lumineux parallèles provenant d’un objet lointain sont focalisés en avant de la rétine au lieu d’être focalisés juste dessus. L’image d’un objet lointain est donc vue floue. Par contre, il existe une distance rapprochée où l’objet peut être vu net (parfois très près).

Deux causes (parfois associées) sont possibles : soit l’oeil est trop long (la rétine est située trop loin du segment antérieur de l’oeil), soit la partie antérieure de l’oeil (cornée et cristallin) converge trop. Lorsque la myopie est évolutive, c’est que l’oeil s’allonge légèrement, parfois à cause de la croissance chez l’enfant. Les causes exactes à l’origine du déclenchement et de l’évolution de la myopie sont inconnues, mais l’hérédité est un facteur non négligeable.
On reconnaît le myope à son habitude à fermer les yeux à demi.
myopie

A quel âge peut-on devenir myope ?

Habituellement, La myopie apparaît dans l’enfance à l’âge scolaire. Parfois, elle peut survenir entre 20 et 30 ans lorsque la vision de près est très sollicitée (travail intensif sur écran ou études), ou à l’occasion d’une grossesse.

Rarement, elle peut être dépistée précocement, dès l’âge préscolaire, surtout en cas d’antécédents familiaux. Enfin, la cataracte (opacification du cristallin) des personnes âgées s’accompagne souvent d’une myopie tardive qui améliore paradoxalement la vision de près (parfois possible sans lunettes) mais trouble la vision de loin.

Comment corrige t-on la myopie?

Par des lunettes ou des lentilles de contact (verres concaves divergents de puissance négative).
Lorsque la myopie est stable, elle peut également être corrigée par une intervention chirurgicale, après que le chirurgien ait éliminé une éventuelle contre-indication par un bilan complet personnalisé. Actuellement, les deux techniques possibles sont la chirurgie au laser excimer (PRK ou LASIK), et les implants intra-oculaires.
L’intervention au laser Excimer a pour but d’aplatir très légèrement la cornée, en agissant soit à sa surface (photo-kératectomie réfractive de surface, PRK) soit dans son épaisseur (LASIK).

Lorsque l’opération au laser excimer n’est pas possible car la myopie est trop forte (au delà de -8 dioptries environ), l’intervention par implant est alors justifiée et consiste à introduire dans l’oeil une petite lentille correctrice.

Quand peut-on bénéficier d’un traitement chirurgical?

Les conditions requises sont principalement les suivantes :

  • avoir une myopie stabilisée depuis 2 ou 3 ans,
  • être âgé d’au moins 18 ans,
  • ne pas avoir de pathologie oculaire associée

Voir les informations concernant le bilan préopératoire.

Consultation externe, chirurgie ambulatoire ou hospitalisation ?

L’opération de la myopie par laser Excimer (PRK, LASIK) dure entre 5 et 15 minutes, est indolore et réalisée sous anesthésie topique par collyres. Aucune hospitalisation n’est donc nécessaire. L’opération par implant nécessite une anesthésie locale ou générale et donc une hospitalisation de quelques heures, soit en ambulatoire (une demi-journée) soit traditionnelle (maximum 24 heures).

En combien de temps récupère-t-on une vue correcte ?

La récupération visuelle est obtenue progressivement, dans un délai qui varie en fonction du degré de myopie traitée et de la technique utilisée : quelques heures après LASIK, quelques jours après implant, quelques semaines après PRK. En fait, la meilleure vision est souvent obtenue après un à trois mois.

Quelles précautions prendre avant l’intervention ?

Les porteurs de lentilles ne doivent pas les porter les jours précédents l’intervention pour éviter tout risque infectieux. Le chirurgien vous précisera le délai à respecter selon les cas. Il faut éviter le maquillage les 2 jours précédent, et de se parfumer la veille et le jour de l’intervention.
Dans certains cas, une ordonnance de collyres à instiller avant l’intervention vous sera remise par le chirurgien.
Avant l’intervention au laser excimer (PRK ou LASIK), il est conseillé de manger normalement et d’être reposé.
Avant la chirurgie par implant, l’anesthésiste donnera des consignes concernant les éventuels traitements habituels (à interrompre ou non) et le délai de jeûne à respecter.

Existe-t-il des effets secondaires ou des complications ?

Comme pour toute opération, des effets secondaires sont possibles : sur ou sous-correction, perception de halos autour des lumières la nuit, impression de sécheresse oculaire, fatigue visuelle. Heureusement, ils sont rares, modérés, et s’estompent en général avec le temps.
Des complications imprévisibles sont possibles mais exceptionnelles, le risque étant très faible mais jamais nul.

Vous avez une ou des questions concernant l’opération ? êtes-vous opérable ?

Voir la partie du site consacrée à la chirurgie réfractive.
Consultez la liste des questions fréquemment posées (FAQ).
Posez la question au chirurgien de votre choix.

 

L’Hypermétropie :

Qu’est-ce que l’hypermétropie ?

L’hypermétrope distingue mal les objets rapprochés mais a une meilleure vision de loin. Le globe oculaire est trop court et l’image se forme en arrière de la rétine. Les causes de l’hypermétropie sont principalement génétiques. Parfois, l »hypermétropie peut ne concerner qu’un seul oeil.hypermetropie

A quel âge peut-on souffrir d’hypermétropie ?

L’hypermétropie est en général congénitale mais peut ne devenir gênante que longtemps après la naissance. En effet, la vision peut être nette si l’oeil « accomode », c’est-à-dire s’il fait une mise au point. Cette mise au point (appelée accomodation) est le plus souvent inconsciente et permanente, mais peut être fluctuante, fatigante et insuffisante si l’hypermétropie est trop forte, si la vision de près est d’avantage sollicitée, ou en vieillissant.

Une hypermétropie forte pourra se révéler par une tendance à loucher chez le petit enfant (strabisme « accomodatif »).

A l’âge scolaire, elle se manifestera par des maux de tête surtout le soir, des troubles de concentration, des difficultés pour le graphisme ou la lecture.

Chez l’étudiant adolescent ou adulte jeune, les maux de tête le soir, l’impression d’une vision fluctuante ou fatigante dominent.

Enfin, l’hypermétropie modérée ne peut se révéler que tardivement, vers 30 ou 40 ans, sous la forme d’une fausse presbytie précoce.

Comment corrige-t-on l’hypermétropie ?

Le but est de permettre à l’image de se former sur la rétine. Pour cela, on utilise traditionnellement les lunettes (verres convexes) ou les lentilles de contact.
Depuis une quinzaine d’années, l »hypermétropie peut également être corrigée par une chirurgie réfractive:

  • Lorsque l’hypermétropie est modérée (jusqu’à environ 3 dioptries), elle peut être traitée par le LASIK qui utilise le laser excimer. Dans ce cas, l’intervention vise à modifier la courbure de cornée en creusant un anneau périphérique, ce qui provoque un bombement central. La durée de l’intervention est inférieure à 15 minutes et la durée d’application du laser de quelques dizaines de secondes.
  • Lorsque l’hypermétropie est plus forte (supérieures à 3-4 dioptries), elle peut être traitée par un implant intraoculaire.

Quand peut-on bénéficier d’un traitement au laser ?

Les conditions requises sont multiples :

  • ne pas avoir une hypermétropie trop forte,
  • avoir une hypermétropie stabilisée,
  • être âgé d’au moins 18 ans,
  • ne pas avoir de pathologie oculaire associée.

Consultation externe, chirurgie ambulatoire ou hospitalisation ?

L’opération de l’hypermétropie au laser est pratiquée sous anesthésie topique par collyres en externe, sans hospitalisation. L’opération par implant nécessite une anesthésie locale ou générale selon les cas, et nécessite donc une hospitalisation d’une demi-journée (chirurgie ambulatoire) ou au plus de 24 heures.

En combien de temps récupère-t-on une vue correcte ?

La récupération visuelle est obtenue progressivement et dans un délai qui varie en fonction du degré de l’hypermétropie traitée. La vision s’améliore progressivement. Le résultat ne peut être jugé avec certitude qu’après quelques semaines.

Quelles précautions prendre après l’intervention ?

Dans les semaines qui suivent, il est important d’observer rigoureusement les règles d’hygiène et le traitement prescrits par l’ophtalmologiste. Une activité normale peut être reprise au bout de quelques jours.

Existe-t-il des effets secondaires ou des complications ?

Les effets secondaires sont rares et lorsqu’ils existent, le plus souvent très modérés. Les plus communs sont une sensibilité à la lumière, de légers éblouissements surtout la nuit, une sensation d’inconfort temporaire. Une surcorrection ou une sous-correction est possible. Le traitement LASIK par laser peut entraîner ou accentuer une sécheresse oculaire pendant quelques semaines. La mise en place d’un implant nécessite une surveillance régulière annuelle après l’intervention.

Des complications, par définition imprévisibles, sont exceptionnelles. Par exemple, on estime le risque d’infection à environ 1 cas sur 1000 après la pose d’un implant, et encore beaucoup moins après LASIK.

Vous avez une ou des questions concernant l’opération ? êtes-vous opérable ?

Voir la partie du site consacrée à la chirurgie réfractive.
Consultez la liste des questions fréquemment posées (FAQ).
Posez la question au chirurgien de votre choix.

 

L’Astigmatisme :

 Qu’est-ce que l’astigmatisme ?

Le plus souvent, l’astigmatisme résulte d’une déformation de la surface de la cornée (surface transparente de l’oeil). Son origine est habituellement congénitale (présente à la naissance) mais est parfois acquise au cours de la vie après un traumatisme ou une maladie de la cornée (kératite, kératocone, etc…).

En cas d’astigmatisme congénital, le centre de la surface cornéenne n’a pas la forme sphérique idéale d’un ballon de football, mais plutôt celle d’un ballon de rugby ! La puissance de convergence de la cornée est donc différente selon l’axe considéré (vertical, horizontal ou oblique). L’astigmatisme est souvent associé à une myopie ou une hypermétropie.

Comment corrige t-on l’astigmatisme ?

Généralement par lunettes ou lentilles.

Une intervention est parfois possible et a pour but de modifier la courbure cornéenne et de lui redonner une forme plus sphérique. Cet effet peut être obtenu grâce au laser Excimer qui est capable de sculpter la cornée avec une très grande précision. Ce laser peut être appliqué à la surface (photo-kératectomie réfractive ou PKR) ou dans l’épaisseur du stroma cornéen (LASIK). Ces interventions laser pratiquées sous anesthésie topique par collyre, durent environ 15 minutes, et ne nécessitent pas d’hospitalisation.

Dans certains cas, l’astigmatisme peut être corrigé par une ou plusieurs petites incisions cornéennes ou par une lentille intra-oculaire (implant).

Lorsqu’une intervention est envisagée, le chirurgien réalise un bilan complet pour vérifier l’absence de contre-indication et la meilleure technique à utiliser.

Consultation externe, chirurgie ambulatoire ou hospitalisation ?

La correction de l’astigmatisme au laser est pratiquée sous anesthésie topique par collyre, sans hospitalisation. Le patient reste deux heures à la Clinique.
La mise en place d’un implant nécessite selon les cas, une anesthésie locale ou générale avec hospitalisation ambulatoire (il faut rester une demi-journée à la clinique) ou traditionnelle (il faut rester une nuit).

Quelles précautions prendre après l’intervention ?

Dans les semaines qui suivent, il est important d’observer rigoureusement les règles d’hygiène et le traitement prescrit par l’ophtalmologiste. Une activité normale peut être reprise après quelques jours. Il faut bien sûr éviter les chocs ou de se frotter l’oeil.

En combien de temps récupère t’on une vue correcte ?

La récupération visuelle est obtenue progressivement. Elle dépend essentiellement du degré de l’astigmatisme traité et de la technique opératoire utilisée (quelques jours après LASIK, implant ou incisions, quelques semaines après PRK).

Existe-t-il des effets secondaires ou des complications ?

Les effets secondaires les plus communs sont habituellement modérés et transitoires. Ils consistent surtout en une sensibilité à la lumière, de légers éblouissements, une vision parfois légèrement variable au cours de la journée, une sensation d’inconfort temporaire. Les complications sont rares. Le résultat final dépend en partie de la réaction de cicatrisation qui peut varier légèrement d’une personne à l’autre. Une légère sur et sous-correction est donc possible et peut nécessiter un traitement complémentaire.

Vous avez une ou des questions concernant l’opération ? êtes-vous opérable ?

Voir la partie du site consacrée à la chirurgie réfractive.
Consultez la liste des questions fréquemment posées (FAQ).
Posez la question au chirurgien de votre choix.

 

La Presbytie :

 Qu’est-ce que la presbytie ?

C’est un trouble « naturel » de la vision, inéluctable car lié au vieillissement. En effet, le cristallin perd progressivement de son élasticité dès l’adolescence et perd donc de sa capacité à faire la mise au point sur les objets rapprochés. Si l’on compare l’oeil à un appareil photo ou à une caméra, c’est la fonction « autofocus » de l’oeil qui faiblit. On dit que l’oeil presbyte accommode insuffisamment. Les objets, en se rapprochant, deviennent flous.
presbytie

A quel âge peut-on souffrir de presbytie ?

La presbytie se fait sentir vers la quarantaine (voir avant si l’on est hypermétrope non corrigé car une partie de la réserve accomodative est utilisée pour voir net au loin). La presbytie devient réellement gênante en moyenne vers l’âge de 45 ans. Elle s’accentue jusqu’à environ 65 ans.

Quels sont les premiers symptômes ?

Gêne de la vision de près pour la lecture, l’écriture, la couture… Par exemple, la personne presbyte éloigne son journal pour le lire. Finalement, les bras deviennent trop courts ou le texte trop petit !

Quelles sont les conséquences d’une presbytie non corrigée ?

C’est avant tout un manque de confort visuel au quotidien. Les yeux se fatiguent vite lors de la lecture ou de toute autre activité de près et les maux de tête deviennent fréquents.

Il n’est pas prouvé que ne pas porter de correction préserve plus longtemps les capacités des yeux à voir de près. Il ne sert donc a rien d’attendre le plus possible pour corriger la presbytie. C’est « reculer pour mieux sauter »! Faire travailler les yeux : oui ; les surmener : non !

A l’inverse, il n’est pas prouvé non plus que porter des lunettes va vous rendre plus dépendant de celles-ci. Le seul « risque » est d’apprécier le confort qu’elles procurent… mais peut-on appeler cela un risque ?

Comment soigne t-on la presbytie ?

La correction est différente pour la vision de près et la vision de loin. Lorsque la vision au loin est bonne, des verres simples sont possibles, mais il faudra les enlever ou regarder par dessus pour voir au loin, d’où l’intérêt des verres étroits et des monture type « demi-lune ».

Lorsque la vision au loin nécessite une correction, ou lorsque l’on veut voir bien aussi en vision intermédiaire (entre 40 cm et 2,50m environ), on a recours aux verres à double foyer, voire à triple foyer, ou mieux aux verres progressifs.

L’alternative aux lunettes sont les lentilles de contact multifocales. Elles sont de plus en plus performantes et de mieux en mieux tolérées.

L’alternative aux lentilles est la chirurgie de la presbytie qui est en plein essor. Pour l’instant, elle n’est possible que dans certains cas, après un bilan préopératoire personnalisé.

Vous avez une ou des questions concernant l’opération ? êtes-vous opérable ?

Voir la partie du site consacrée à la chirurgie réfractive.
Consultez la liste des questions fréquemment posées (FAQ).
Posez la question au chirurgien de votre choix.