La chirurgie réfractive

Enfin la possibilité de voir sans appareillage !

Il y a moins de 40 ans que les médecins savent remédier à certains troubles de la vision – la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et certains cas de presbytie – sans passer par l’intermédiaire obligé d’un appareillage. Grâce à la chirurgie réfractive en effet, il est désormais possible de bien voir naturellement, sans lunettes ni lentilles. Et avec un champ de vision aussi grand que nature …

Pourquoi un « pôle de chirurgie réfractive » ?

Avec plus de 1 200 interventions par an , la chirurgie réfractive s’est hissée au rang d’activité majeure de la Clinique Sourdille. Celle-ci dispose aujourd’hui à Nantes d’un plateau technique « Tout Laser » qui permet d’accéder aux progrès de cette chirurgie dans la plus grande sécurité et avec les meilleurs résultats.

Un groupe de chirurgiens ophtalmologistes reconnus y a constitué un « Pôle de chirurgie réfractive ». Cette association de compétences et d’expertises conforte la quête d’excellence qui est, en quelque sorte, la marque de fabrique de l’établissement.

La chirurgie réfractive

La précision de la vision dépend de 3 facteurs anatomiques :
– la courbure de la cornée, à la surface de l’oeil, qui agit comme une lentille externe
– la puissance de cristallin qui est la lentille interne de l’oeil
– la longueur de l’axe de l’oeil.

L’image en effet se forme sur la rétine, après avoir traversé les deux lentilles que nous venons d’évoquer.

Le principe de la chirurgie réfractive par laser est de corriger les défauts de la vision en agissant sur la courbure cornéenne :
– une myopie sera corrigée en diminuant l’épaisseur de la cornée en son centre
– une hypermétropie sera corrigée en travaillant au contraire, à la périphérie de la cornée.

L’alternative au traitement par laser est la chirurgie réfractive par la pose d’une lentille artificielle intra-oculaire (implant), éventuellement associée après 45 ans à la chirurgie du cristallin ou de la cataracte.

Quelles sont les indications ?

La myopie jusqu’à – 8 ou – 9 dipotries représentent 80 % des interventions.
L’hypermétropie et l’astigmatisme jusqu’à 5 dioptries environ.
La presbytie (PresbyLasik) à partir de 45 ans environ.

Un peu de technique

Initiée dans les années 70 par le russe Svyatoslav Fyodorov qui pratiquait des incisions en périphérie de la cornée, la chirurgie réfractive a considérablement évolué. Grâce à ses rayons lumineux à haute énergie, le Laser permet une précision inaccessible à la main humaine la plus habile.

La technique la plus utilisée est le LASIK (Laser ASsisted Intrastromal Kertomileusis).

Comment ça se passe ?

L’intervention ne nécessite pas d’hospitalisation. La sortie clinique se fait une demi-heure après l’intervention. Il convient d’être accompagné.
Le jeun n’est pas nécessaire.
L’intervention a lieu dans un bloc opératoire où toutes les  mesures sont prises pour diminuer les risques d’infections : traitement de l’air, hygiène des locaux et du patient, sécurité des matériels et des installations.
L’anesthésie locale appelé topique, se fait par instillation de gouttes dans les yeux.
La patient éprouve en général un sentiment d’inconfort ou de gêne oculaire (quelques larmoiements) dans les 8 premières heures (après Lasik) ou jours (après PKR). Ces désagréments sont maîtrisés en instillant des larmes artificielles dans l’oeil, et par la prise d’antalgiques qui sont administrés avant le départ.

Les suites de l’opération sont peu contraignantes :
– il est souhaitable de se reposer pendant 1 ou 2 jours
– on évitera les sports d’eau et de se frotter les yeux pendant quelques semaines.

Chirurgie réfractive, une chirurgie à la pointe de la technologie ?

Elle donne des résultats exceptionnels : c’est la seule correction qui restitue une vision aussi naturelle et sans contrainte.
Une expérience de plus de 20 ans confère à la technique au laser une sécurité optimale.
Plus de 10 millions de personnes ont été opérés dans le monde depuis que ces techniques existent.
En France, plus de 20 000 personnes recourent à la chirurgie réfractive chaque année.
Dont près de 2 000 ont été opérés par les chirurgiens de la Clinique Sourdille (en 2012).

Combien ça coûte ?

La chirurgie réfractive est une chirurgie de confort et n’a rien d’obligatoire. Elle n’est dont pas prise en charge par l’Assurance Maladie. Certaines mutuelles et complémentaires santé acceptent toutefois d’en assurer le remboursement dans des conditions spécifiques.
Il n’y a pas non plus de prise en charge d’un éventuel arrêt de travail.
Un devis est systématiquement remis au patient : le coût de l’intervention se situe en moyenne, entre 800 € et 1 500 € par oeil.